Action à La Maison d’Arrêt de Nîmes : Rester parent malgré la détention

 

 

 

 

 

 

 


Depuis 2018 nous avons donc engagé une expérimentation d’intervention à La Maison d’Arrêt de
Nîmes autour d’une journée film/débat, suivie de 6 séances de groupes de parole, 3 pour les
hommes et 3 pour les femmes.


Le film choisi "Demain tout commence" traitait de nombreux aspects de la parentalité : devenir
parents, abandon/séparation, mensonge, rôle de la justice, médiation, choix éducatifs, maladie..
Le débat a été animé par une psychologue de l’EPE et un Juge aux Affaires Familiales
Cette première expérience très concluante nous a amené à renouveler l’opération en 2019 sur les
mêmes bases.

 


Là encore l’expérience fut riche et nous a conduit à vouloir développer cette action, en étroite
collaboration avec le Service d’Insertion et de Probation.
Nous avons donc travaillé avec le SPIP, soutenus par l’ensemble des partenaires institutionnels
concernés, afin d’imaginer un projet qui pourrait répondre aux besoins immenses pour ces
personnes placées sous main de justice qui souhaitent « Rester parents malgré la détention ».

 

 


En 2020 nous allons proposer :

 

  • Une permanence d'écoute individuelle (hommes et femmes) pour toutes les questions touchant aux aspects psychologiques et éducatifs autour de la parentalité

 

  • Un travail de groupe sur 5 séances comprenant :


               -  3 séances de préparation collectives au parloir parent/enfant


               -  1 séance collective de parloir parent/enfant (avec le parent détenu + l’autre parent ou                                   accompagnateur tel que grand-parent par ex. ) en notre présence, avec possibilité                                       d'avoir des jeux ou autres activités de médiation


               -  1 séance collective de débriefing avec préparation du retour vers un parloir classique

« La parentalité est un levier souvent associé à des processus de désistance. C’est un réel facteur de protection qui permet la réhabilitation et la prévention de la récidive »

 

« La convention internationale des droits de l’enfant de 1989 reconnait le droit à l’enfant à grandir dans sa famille et s’il est séparé de l’un de ses deux parents, à les voir régulièrement, sauf si cela est contraire à son intérêt. Ainsi cette convention reconnait le maintien de la relation avec le parent incarcéré comme un droit fondamental. »

 

« Plusieurs études ont montré que la préservation de la parentalité en détention pouvait avoir des effets bénéfiques à la sortie et constituer un véritable projet de vie »

NOS RÉSEAUX SOCIAUX

  • Facebook Social Icône
  • LinkedIn Social Icône

NOUS CONTACTER

epe30@club-internet.fr

04 66 29 46 27

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now